Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Librairie M'Lire

  • La bête noire - Ses griffes et ses crocs (Mathieu Robin)

     

    griffes,cros,mathieu,robin,fantastique,marcus,cabane,bête,montagne

     

    « Vous avez beau répéter tous les rituels que vous voulez, si par malheur un jour vous vous retrouvez face à une bête déterminée à vous faire la peau, rien ne vous permettra d’échapper à ses griffes et ses crocs. » Dans Ses griffes et ses crocs, roman fantastique de jeunesse Mathieu Robin mène son lecteur par le bout du nez et l’emmène de surprise en surprise, et de révélations en révélations, là où il s’y attend le moins. Après avoir novélisé pour Actes Sud Junior dans la collection « Ciné-roman » son court-métrage Pensée assise (réédité en août 2015 dans la collection « Roman Ado »), le scénariste et réalisateur manie à nouveau avec talent cet art de raconter des histoires.

    À l’arrière d’une voiture, assis aux côtés de sa grande sœur Lia dans la voiture familiale, un petit garçon de Portland s’interroge : était-ce vraiment une bonne idée de venir ici ? Depuis tout petit, Marcus a des tocs et des peurs obsessionnelles. Il est persuadé que s’il ne les respecte pas, un drame terrible se produira. Alors quand ses parents l’emmènent lui et sa sœur, passer des vacances dans un petit chalet perdu en pleine montagne, il craint le pire. Il sent le danger à des kilomètres, et essaie tant bien que mal de se raisonner. Y-a-t-il une raison pour qu’on l’appelle la Montagne Noire ? Ou bien n’est-ce une fois de plus son imagination débordante qui lui joue des tours ? Là, il a vu l’ombre d’une bête ! Et ce bruit, est-ce normal ? Oui, ce n’est qu’une cascade. Mais qu’en est-il de la Montagne ?

    Marcus le sent, la montagne abrite un terrible secret. Le danger est présent. Face à lui, le massif sombre se détache sur le ciel bleu comme une bête féroce, prête à l’avaler. Autour, la forêt qui l’environne lui semble toute aussi menaçante. Il ne tient pas à faire connaissance avec les ours, loups et autres bêtes qui la peuplent. Face à tant d’hostilité, la cabane se révèle pour lui un îlot de sécurité. Il s’y sent protégé. Et puis, il a cet attrape-rêves, pour le protéger. Ca l’aide à ne pas céder à la panique. Enfin presque.

    Et s’il avait raison ? Le danger, se rapproche, il le sent. Il a lu cette légende indienne, qui parle d’un monstre effroyable qui habite la montagne, et il est convaincu qu’une bête se cache dans la forêt. Une bête à l’affut, qui va tout dévorer sur son passage. Or, un matin, il commet l‘impensable, et transgresse ses tocs. Le soir-même, ses parents disparaissent et le pont par lequel ils sont partis en randonnée en début d’après-midi a disparu. Que leur est-il arrivé ? Sont-ils tombés face à face avec la bête ?

    Venez découvrir la vérité aux côtés de Marcus et de sa famille. Vous avez peur ? Vous avez raison.

    (13 euros)

    Anne-Perrine Fournier

  • La tête dans l'éther - Le château des étoiles (Alex Alice)

    château,étoiles,alex,alice,séraphin,france,bavière,ludwig ii

     

    Plus qu’une bande dessinée, le Château des étoiles est une perle dans son écrin : le moindre détail est pensé et réalisé avec soin. Une intrigue ficelée, des dessins travaillés et un grand format qui dès la couverture, plonge immédiatement tout lecteur dans ce nouvel univers d’Alex Alice. À travers lui, l’auteur de Siegfried offre une invitation au voyage et au rêve, et réussit le tour de force de lier le monde en progrès de Jules Vernes à celui décadent de Ludwig II, la fiction et l’histoire, à travers la France et la Bavière.

    La question de l’éther est cœur du nouvel univers d’Alex Alice. Claire Dulac, mère scientifique et aventurière avant tout, recherche le « mur de l’éther » du haut de sa montgolfière, scaphandre sur la tête. Alors qu’elle s’envole de plus en plus haut, elle disparait et son destin reste incertain.

    Avec sa disparition, l’intérêt de son fils Séraphin pour l’éther se transforme en véritable obsession. Dans ses exposés de physique, de philosophie et même de latin, le garçon trouve sans cesse un moyen de l’intégrer à son quotidien. Plus proche de sa mère qu’il évoque autant par ses cheveux et yeux clairs que par que son caractère, il espère un jour tutoyer les étoiles et découvrir ce qui lui est arrivé. Son père, inventeur de génie et père attentif, s’est quant à lui désintéressé du ciel qui lui a retiré son épouse. Jusqu’au jour où une mystérieuse lettre l’invite à venir au Rocher du Cygne pour y retrouver le carnet de bord de sa femme. Ce château des étoiles n’est autre que celui de Neuschwanstein, dessiné achevé d’après celui existant. Il appartient à Ludwig II, roi de Bavière et rêveur solitaire qui s’accroche au passé et y plante des châteaux comme des dominos.

    Séraphin et sa mère ne sont en effet pas les seuls à s’intéresser à la substance. L’éther se retrouve à l’origine des projets les plus fous. Entre le roi de Bavière, Ludwig II, qui fait construire un engin pour venir tutoyer les étoiles grâce à l’éther et Bismarck, qui cherche à s’emparer de l’éther pour affirmer sa domination sur le monde, l’action est au rendez-vous.

    Et l’originalité aussi. En effet, l’histoire paraît d’abord sous forme de gazettes en noir et blanc, avant d’être ensuite redécouverte en album, à travers des planches colorées. Par l’utilisation permanente de l’aquarelle avec un aspect de coloration direct sur les traits au crayon rouge, l’auteur souhaite éviter « une succession de tableaux » qui ferait « roman photo ». Et ça fonctionne. Le procédé garde la dynamique des scènes d’action, rend les personnages vivants, et met en valeur leurs expressions qui deviennent plus marquées. Cette technique souvent utilisée par l’auteur de Siegfried, fait ainsi ressortir les caractères des personnages et invite à s’intéresser davantage au dessin pour en retrouver les détails du coup de crayon. Si cela donne de la force aux illustrations, le trait est cependant adouci par l’usage des coloris pastel qui créent une impression de cocon nébuleux. À travers cette bande dessinée, Alex Alice parvient donc à créer un univers steampunk digne de Jules Verne, qui n’est pas sans évoquer non plus Hayao Miyazaki, Tardi ou encore Hergé. L’auteur a ainsi su s’inspirer de nombreux modèles pour créer son propre univers. Si le premier tome du Château des étoiles, La conquête de l’espace, est déjà disponible en album, il faudra cependant attendre un peu avant la sortie du second, Les chevaliers de l’éther. En attendant, il est possible de le trouver en gazette.

    Bande dessinée : 13,50 euros

    Gazette : 2,95 euros

    Anne-Perrine Fournier

  • Deux signatures à la librairie- Samedi 27 juin

    Samedi 27 juin à partir de 11h

    Mayalen Goust dédicace sa bande-dessinée Kamarades,

    parue aux éditions Rue de Sèvres

    kamarades.jpg

     

    A partir de 16h30

    Nathalie Danger dédicace son premier roman,

    Au-delà de Cézembre, paru au éditions Pascal Galodé

     

    cézembre.jpg

     

  • Dédicace de Matthias LEHMANN pour la sortie de "La Favorite"

    LA FAVORITE est l'une de nos BD coup de coeur du moment !
    Nous sommes ravis de recevoir Matthias Lehmann pour une séance de dédicace rencontre.

    matthias lehmann.jpg

    DSC00026.JPG

    DSC00027.JPG

  • La main heureuse de Frantz DUCHAZEAU (éd. Professeur Cyclope)

    Une magnifique BD touchante et super rock de Frantz Duchazeau !

    Lire la suite

  • Salon Croq'les mots, marmot!!

    Retrouvez-nous ce week-end au salon dédié à la petite enfance!

    Des ateliers, des auteurs et illustrateurs, des expositions..

     

    Croq'les mots, marmot! à Mayenne - Parc des expositions

     

    Tout le programme sur le site: http://www.croqlesmotsmarmot.org/

    index.jpg

  • Festival Etonnants Voyageurs Saint Malo du 22 au 25 mai

    Retrouvez la librairie ce week-end au Festival Etonnants Voyageurs à Saint-Malo!!

    ev1.jpg

     

    De nombreux auteurs sur les stands Actes Sud, Flammarion, Sarbacane, La joie de lire..!!

  • Onlikoinou à Ibiza


    onlikoinou 53 polars à ibiza par afterfives

  • Onlikoinou #52 Plus de morts que de vivants - Guillaume Guéraud (éd. du Rouergue)


    onlikoinou 52 plus de morts que de vivants par afterfives

  • Check-Point (JC Rufin)- Chronique de Delphine

    Check-Point

    Jean-Christophe Rufin

    Gallimard- 21€

     

    9782070146413,0-2580264.jpg

    Inspiré de son expérience dans les Balkans, Jean-Christophe nous plonge dans un roman plein d'angoisse.

    1995, Bosnie. La guerre fait rage depuis plusieurs années et a complètement modifié ce pays. Maud, Lionel, Alex, Marc et Vauthier viennent de quitter Lyon pour rejoindre à bord de leurs convois humanitaires une petite ville au nord de Sarajevo. Maud ,à peine 21 ans a encore toute son innocence.  Mais ce qu'elle va découvrir, au sein de son convoi et auprès des militaires va profondément la bouleverser.

    Les check-points que l'on rencontre  aujourd'hui dans de nombreux endroits du monde sont beaucoup moins ordonnées. Ils sont l'expression du chaos, de la violence et du morcellement que connaissent les pays soumis à une guerre civile, au Moyen-Orient, en Afrique ou dans l'est de l'Europe. Dans ces situations extrêmes, la frontière est partout. Chacun devient le gardien de son propre territoire. [...] D'un point de métaphorique, le check-point est aussi devenu le symbole du passage d'un univers à un autre, d'un ensemble de valeurs donné à son contraire, de l'entrée dans l'inconnu, le danger peut-être.

     

  • Miniaturiste (Jessie Burton) - Chronique de Sarah

    Miniaturiste

    Jessie Burton

    Gallimard - 22.90€

     

    Amsterdam, en cœur du XVIIème siècle. Nella Oortman débarque dans cette grande ville prospère pour commencer sa nouvelle vie d'épouse, auprès d'un mari qu'elle n'a vu qu'une fois. Riche marchand de la ville, Johannes Brandt n'a guère le temps de se préoccuper de sa jeune épouse. Nella reste enfermée dans sa grande maison bourgeoise, auprès de sa belle-sœur Marin, qui lui a réservé un accueil des plus froids. Pour se faire pardonner de son absence, Johannes offre à Nella une réplique miniature de sa demeure, qui peu à peu va lui révéler les secrets que cache cette mystérieuse famille.

     

    Pour son premier roman, Jessie Burton restitue avec une grande exactitude les mœurs et l'ambiance d'Amsterdam à cette époque. Grâce à son écriture très fluide, l'auteur fait évoluer ses personnages de façon magistrale. Premier roman très réussi et on attend son prochain livre avec impatience !

    littérature anglaise, littérature adulte, sarah carrim, gallimard

     

  • Rencontre avec Jean-Philippe Rossignol

    jean philippe rossignol.jpg

     

    Qui est ce Juan Fortuna? Un homme aux multiples facettes, un homme qui n'a pas de nom. C'est dans ce Buenos Aires de la fin du XXème siècle que nous sera racontée son histoire à travers la voix de son frère cadet. Alors qu'il a disparu, le frère cadet va partir à sa recherche dans une argentine à peine remise de la dictature où derrière les façades se cachent de sombres secrets. Mais Juan Fortuna n'a que faire de ce que les gens pensent et continue de se mettre en danger.

     

  • Séverine Gauthier - une scénariste BD de grand talent...

    Qui peut citer des noms de scénaristes ? Pas si facile que ça… Et pourtant ils sont essentiels. Les dessinateurs règnent en maître sur le genre mais que serait une magnifique BD sans scénario ? Coup d’œil aujourd’hui sur la scénariste Séverine Gauthier qui publie deux BD jeunesse chez Delcourt.

    Séverine Gauthier est une scénariste qui sait se faire désirer. Pas parce qu’elle publie peu, elle écrit et publie depuis presque 10 ans maintenant et possède déjà une vingtaine d’albums à son actif. Non, on l’attend avec impatience car, à chaque fois, son talent parle et c’est un véritable plaisir de retrouver ses histoires. On peut citer parmi ses plus beaux albums Mon arbre, Garance, Cœur de Pierre ou Wishita. En plus, elle sait s’entourer par des illustrateurs de talent (Jérémie Almanza ou Thomas Labourot pour ne citer qu’eux) et cela donne à chaque fois des albums magnifiques.

    Ce printemps, elle sort chez Delcourt deux albums pour enfants remarquables : Haïda et l’immortelle baleine illustré par Yann Dégruel et L’homme montagne avec Amélie Flechais.

     haida_l_immortelle_baleine_couverture.jpgL'HOMME MONTAGNE - C1.jpg

    Haïda et l’immortelle baleine nous plonge dans un conte mythologique inspiré de la culture des indiens Haïda qui vivent au large des côtes canadiennes. Près d’un petit village du bord de mer, l’eau ne cesse de monter et elle menace de tout dévaster. Tàan et Nizhonie, deux enfants du village s’interrogent sur la présence sur la plage d’une étrange dame, qui ne bouge ni ne parle. Elle semble juste attirer peu à peu l’eau à elle. Ils vont vite se renseigner près de Grand Père Ts’ang, qui sait tout sur les esprits qui régissent le monde. Séverine Gauthier signe ici une histoire touchante et mystérieuse pour les plus jeunes. Yann Dégruel, le talentueux illustrateur des séries Genz Gys Kan et Sans famille entre autres, propose de remarquables images qui illustrent au mieux ce récit mythologique.

     

    Avec L’homme montagne, on retrouve la force lyrique de Séverine Gauthier. Comme elle pouvait le faire avec le magnifique Mon arbre, elle nous embarque dans une épopée poétique qui plaira aux plus jeunes tout en faisant rêver les grands.

    Grand-père est devenu trop vieux pour voyager. Il doit maintenant faire son dernier voyage. Les montagnes qui lui ont poussé sur le dos depuis toutes ces années sont devenues trop lourdes pour lui. Et pour ce voyage, il ne peut emmener son petit-fils. Ce dernier est triste et demande à son grand-père d’attendre encore un petit peu. Il peut aller chercher le vent le plus puissant, celui qui peut soulever les montagnes et aider son grand-père … Il va donc partir – et nous avec – pour une formidable expédition. Cet album est tout simplement remarquable. D’une poésie rare en bande dessinée, il est soutenu par l’illustration admirable d’Amélie Flechais qu’on avait découvert dans le très beau Chemin perdu (Soleil). Un vrai coup de cœur !

     

    Simon Roguet