Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

littérature étrangère

  • Un cri sous la glace de Camilla GREBE (Calmann Lévy)

     419HEaC8cxL._SX195_.jpg

    Dans le genre polar, les pays nordiques et particulièrement la Suède ont leurs lettres de noblesse. C’était sans compter sur Camilla Grebe, qui signe ici son premier roman écrit toute seule (elle est déjà connue dans son pays pour des textes écrits à quatre mains).

     

    Emma est une jeune suédoise qui cache un secret : elle entretient une relation amoureuse avec son patron, Jesper Orre, riche homme d’affaires controversé, accusé de corruption et de harcèlement sexuel entre autres. Elle ne doit donc surtout pas ébruiter leur relation. Mais, quelques jours après leurs fiançailles, Jesper disparaît et le corps d’une femme, dont la tête a été découpée, est retrouvé dans sa villa. Peter, policier abîmé par la vie et Hanne, profileuse, sont chargés de l’enquête.

    Cela faisait dix ans qu’ils n’avaient pas travaillé ensemble. A l’époque, ils enquêtaient sur le meurtre d’un homme qu’ils n’ont jamais résolu. Peter et Hanne avaient aussi eu une relation amoureuse, qui avait échoué à cause de Peter. Bien évidemment leurs retrouvailles sont un peu tendues surtout que leur enquête réveille de vieux souvenirs.

    Au fil du roman, il s’avère que chaque personnage cache des zones d’ombre. Camilla Grebe a l’art de nous manipuler et nous offre un polar qui maintient le suspens jusqu’à la dernière page.

    La relève est donc assurée !!

     

    chronique de Delphine Bouillo

     ****

    Un cri sous la glace

    Camilla GREBE

    Editions Calmann Lévy - 21.90€

     

    Vous pouvez acheter ce livre dans notre boutique en ligne

  • Ce que nous avons perdu dans le feu de Mariana Enriquez (éditions du sous-sol)

    CVT_Ce-que-nous-avons-perdu-dans-le-feu_1242.jpg

     Le démon du mal est l'un des instincts premiers du cœur humain. Edgar Allan Poe.

    Pourquoi vous parler d’Edgar Allan Poe ? Simplement parce que dans Ce que nous avons perdu dans le feu, on retrouve une certaine atmosphère, pesante, funèbre, macabre et intrigante. De là à atteindre le degré de Poe, peut-être pas encore. Mais il y a quelque chose ! A voir avec les prochains écrits !

     

    Une atmosphère pesante, funèbre, macabre et intrigante, certes ! Mais qu’est-ce que cela donne dans les faits ?

     

    Direction l’Argentine, le plus souvent dans la chaleur – météo ou climat de quartier – et puis quelques histoires – que l’on peut qualifier de – particulières, douze au total.
    En voici quelques exemples : l’histoire de la disparition d’un enfant des rues, le tout dans une ambiance nocturne, funèbre où règne la culture de la Santa Muerte ; des enfants qui se passionnent pour l’horreur, visitent des maisons hantées et ne sortent pas indemnes de ces expériences ; un fantôme d’un tueur en série qui se présente sur le tour touristique relatant ses faits et devient une obsession – presque – incontrôlable pour le guide ; une femme, fascinée par une tête de mort trouvée dans la rue, pousse au fur et à mesure son mari hors du lit puis hors des murs et va peu à peu s’oublier ; des adolescentes qui gagnent en folie en s’arrachant ongles et cheveux et dont la malédiction semble se transmettre ; des femmes qui s’immolent par le feu pour crier leur haine envers des hommes cruels ou tout simplement par attirance pour le feu…

     

    Un recueil de nouvelles piquantes donnant à la peur le premier rôle dans cette pièce de douze actes. Douze actes aux scènes sinistres où l’étrange croise l’effroi, le macabre s’unit à la terreur, l’horrible se mêle au lugubre. Une écriture contemporaine et parfois crue qui joue énormément sur la psychologie des personnages.

    La peur est latente, prête à bondir, parfois étrange et inexplicable mais le texte ne fait que flirter avec le fantastique sans jamais y tomber, car oui, peur, macabre, funèbre mais pas de monstre inventé, tout semble être déjà présent dans les « instincts premiers du cœur humain ».

     

    Chronique de Serge Vessot

     

    Ce que nous avons perdu dans le feu

    Mariana Enriquez

    Editions du sous-sol - 19

     

    Pour le découvrir, vous pouvez l'acheter ici

     

  • Cette terre promise de Erich Maria Remarque (Stock)

    20170220_144444.jpg

    "À l'ouest rien de nouveau" m'avait beaucoup marqué, Cette terre promise m'a également beaucoup plu.

    Cette lutte immuable entre passé, vivaces et douloureux souvenirs, et futur, où règne la découverte et l'espoir mais aussi la question de l'exil et la tentative de recommencer, de revivre. Le tout, dans un New-York, bouillonnant de nationalités différentes - allemand notamment.

    Un livre somptueux !

     

    CETTE TERRE PROMISE

    Erich Maria Remarque

    Stock - 23€

     

    Pour l'acheter, car il est vraiment magnifique, c'est ici

  • UNE ANTIGONE A KANDAHAR de Joydeep Roy-Bhattacharya (Gallimard)

    Guerre d'Afghanistan, 2005. Nous sommes sur une base américaine, en plein désert, dans la province de Kandahar, sous un soleil de plomb. Les soldats sont sur les nerfs, ils viennent de subir une attaque surprise de la part des talibans, et on dénombre pas mal de pertes dans le camp américain. Quand soudain, au loin, on aperçoit une silhouette ; c'est une femme, toute enveloppée de sa burqa, venue des montagnes en "charrette roulante" pour enterrer son frère, rebelle pachtoun, tué dans l'attaque de la veille. Mais est-elle réellement pour enterrer son frère ? N'est-ce pas plutôt une tentative de la part des talibans pour détourner l'attention des soldats déjà ébranlés par l'attaque ? Est-ce vraiment une femme sous cette burqa qui la recouvre presque entièrement ?

     Dans ce roman chorale, l'auteur choisit de ne pas prendre parti, et donne voix à chacun des personnages : de la jeune femme au capitaine en passant par l'interprète et le simple soldat. Chacun s'interroge sur le fondement même de cette guerre contemporaine, sur le bien et le mal, ce qui est juste ou non. L'auteur va même plus loin en explorant la psychologie de chaque personnage, en lui attribuant une histoire, un caractère propre.

     Réflexion totale sur la guerre et ses conséquences, avec beaucoup de références théâtrales appréciables, ce livre est un vrai coup de cœur de la rentrée littéraire !!

    vous voulez acheter ce livre, cliquez ici !

  • MAILMAN (J. Robert Lennon) - chronique de Fabien #17

    MAILMAN

    J. Robert LENNON

    Editions Monsieur Toussaint Louverture - 23€

     

    mailman, lennon, toussaint l'ouverture, mlire, fabien ruffaut, littérature étrangère

    Mailman, de son vrai nom Albert Lippincott est facteur. Jusqu’ici il mène sa vie à la baguette, il participe à des jeux radiophoniques pour gagner un appareil photo sans intérêt, il regarde et conserve le courrier qu’on lui confie, suit les manigances et les histoires d’amour des habitants de son quartier.

    Jusqu’ici tout va bien mais la mort très suspecte d’un de ces usagers va un peu tout bouleverser. A priori cette personne attendait avec impatience une lettre forcément importante…

     

    Ce nouveau roman des excellentes éditions Monsieur Toussaint Louverture est jouissif à chaque page. Le personnage est maniaque au possible, repoussant et déséquilibré mais parfois très humain. Un vrai bon moment de littérature et de détente où l'on ne sait rien de ce qui nous attend à chaque page.

     

     

  • Onlikoinou #40 LETTRES A HELGA (Berbsveinn Birgisson) - Zulma

    Fabien vous présente l'un de ses coups de cœur de la rentrée littéraire : Lettres à Helga de Bergsveinn Birgisson (éditions Zulma)


    onlikoinou 40 lettres à helga par afterfives

  • Une enfance de Jésus (J.M. Coetzee)

    UNE ENFANCE DE JESUS

    JM Coetzee

    Seuil- 22€

    IMG_20130802_170759.JPG


    Après avoir traversé les océans, un homme et un enfant arrivent dans un camp de réfugiés et se voient assigner un nom et un âge. Dans ce pays étranger, ils doivent également apprendre une nouvelle langue.

    Le livre de JM. Coetzee retrace la nouvelle vie de cet homme mûr et de cet enfant qui doivent repartir de zéro dans un nouvel environnement.

    Sujet de société ô combien important, l'écrivain sud-africain arrive à nous faire ressentir les difficultés de la vie d'immigrés. Celle-ci  est rude, faite de nombreux pièges mais l'amour de la vie et les rencontres positives voont permettre à nos deux héros de se reconstruire.

    Dans ce nouveau roman, à paraitre le 22 août, J.M. Coetzee nous étonne  avec une écriture plus humaine et moins philosophique. Le livre est moins ardu  que les précédents et je vous le recommande vivement.


    Lu et conseillé par Laurent B.

  • Pietra Viva ( Léonor de Recondo) - Chronique de Delphine #34

    Pietra viva 

    Léonor de Recondo

    Sabine Wespieser-20€

     

    9782848051529,0-1704387.jpg

    Printemps 1505, Michelangelo quitte Rome, le coeur lourd, après avoir appris la mort d'Andréa, jeune moine dont la beauté le fascinait. Il se réfugie alors dans le travail et part à la carrière de Carrere choisir le marbre dans lequel il sculptera le tombeau du pape.

    Pendant des mois, il va vivre au rythme de la carrière, choisissant les plus beaux blocs, organisant leurs transports, tout en gagnant petit à petit la confiance des tailleurs de pierre.

    Le soir, il gère ses relations, tant bien que mal avec les habitants du village et notamment un petit garçon, qui vient de perdre sa mère.

    Son séjour va lui permettre de s’abandonner à ses émotions et marquera à jamais une transformation profonde dans son œuvre.

    Ce roman n’est pas une biographie, mais une réflexion profonde sur la création artistique.

    Après Rêves oubliés, l'auteur signe ici un roman d'une grande beauté. Un grand merci également à son éditrice qui, une fois de plus, a su dénicher un véritable bijou qui comblera tous les lecteurs lors de sa parution fin Août.

     


     

  • Top10 2012 - Littérature étrangère

    Les meilleures ventes de la librairie en littérature étrangère en 2012

     

    1. Certaines n'avaient jamais vu la mer, Julie Otsuka, Phébus

    2. Karoo, Steve Tesich, Monsieur Toussaint Louverture

    3. Home, Toni Morrison, Bourgois

    4. Cuisine Tatare et descendance, Alina Bronsky, Actes Sud

    5. 1Q84 livre 3, Haruki Murakami, Belfond

    6. Le siècle t02, Ken Follett, Robert Laffont

    7. Léon et Louise, Alex Capus, Actes Sud

    8. So shocking, Alan Bennett, Denoël

    9. L'île des oubliés,Victoria Hislop, Les escales

    10. L'armoire des robes oubliées, R. Pulkinnen, Albin Michel

    9782752908643_1_75.jpg510N8zJJEwL._SL500_AA300_.jpgc0e72852-f04f-11e1-bc73-007d86cb0b70-240x350.jpg

  • Le rabaissement (Philip Roth) - chronique de Blandine #02

     

    Le rabaissement

    Philip Roth

    Gallimard - 13.90 €

    9782070126163.jpg

     

    « Je tiens ce monde pour ce qu'il est : un théâtre où chacun doit jouer son rôle » William Shakespeare

     

    Octobre nous livre le trentième roman de Philip Roth, dense, incisif et sensuel. Voici l'histoire de Simon Axler, lyrique star du théâtre qui instantanément va perdre ses capacités. Il n'arrive plus à jouer et brûler les planches est devenu un calvaire humiliant. Comme un cauchemar il se retrouve nu sur scène, la voix blanche, en panne de justesse. Un grand vide qui le mène tout droit à l'hôpital psychiatrique. Puis vient la sortie et cette relation un peu folle et sans tabous avec cette fille de quelques vingt-cinq ans sa cadette, Pegeen Straplelford, ex-lesbienne reconvertie dans l'hétérosexualité après sa rupture avec Priscilla, future homme hétéro. Se dessine alors, grâce à l'écriture parfaitement maîtrisée de l'auteur, une réflexion subtile sur les variations du désir, des pouvoirs, des positions et des rôles que nous occupons dans la vie.

    Car il n y a ni gloire ni pathos dans les personnages de Roth, juste cette superbe humanité décrite sans conservatisme, cette faille qui persiste entre la peur du vieillissement et la crise identitaire.

    Jusqu'à la chute puissante et belle comme du Tchekhov.

     

     

    à noter : Philip Roth présentera son roman dans La Grande Librairie, jeudi prochain sur France 5 (à partir de 20h35).

     

     

  • Rentrée littéraire étrangère, Chronique de Bérénice #15

    Voici une nouvelle sélection de romans de la rentrée littéraire 2010 :

    LITTERATURE ETRANGERE :

     

    56473437_p.jpg"Une vie qui n'était pas la sienne"

    Juan José Millas, Galaade

    La vie de Laura et Julio s'effondre complètement le jour où leur voisin, Manuel, tombe dans le coma. Il occupait en effet une place centrale dans leur couple en remplançant l'enfant qu'ils n'avaient jamais eu. Laura va alors subitement décider de se séparer de Julio qui pris au dépourvu s'installe secrètement dans l'appartement vide de Manuel, s'immisçant ainsi dans sa vie. Millas joue avec les faux semblants et les jeux de miroir pour nous livrer un récit surprenant.


     

    "Suite(s) impériale(s)" 41dyFCf3PLL._SL500_AA300_.jpg

    Bret Easton Ellis, Robert Laffont

    25 ans après "Moins que zéro", Clay Easton est devenu scénariste pour Hollywood. De retour à L.A pour passer les fêtes de Noël, il va errer de soirées branchées en retrouvailles défonces. C'est sur Rain Turner, qu'il va jeter son dévolu. Prête à tout pour réussir dans le milieu du cinéma, la belle va entraîner avec elle Clay dans une sombre affaire de meurtres et de prostitutions. Une suite qui ne devrait pas décevoir les addictes de Bret Easton Ellis. L'auteur sera d'ailleurs présent lors du festival América à Vincennes du 23 au 26 septembre.

     

     

    39153464.jpg"Effondrement"

    Horacio Castellanos Moya, Les Allusifs

    En épousant un salvadorien communiste, Teti, se met à dos toute sa famille. Elle décide alors de quitter son Honduras natal pour se rendre au Salvador. A travers la correspondance assidue qu'elle va entretenir avec son père, nous assistons à la naissance du conflit qui opposa les deux pays en 1969. Un roman dynamique où la haine familiale fait écho à la tragédie historique.


     

    "Elle avait les yeux verts" arton19045-c3201.jpg

    Arnost Lustig, Galaade

    Hanka n'a que quinze ans mais elle a compris très vite que pour survivre à Auschwitz il faut savoir jouer avec la réalité et donner les réponses que l'on attend. C'est ainsi que niant sa judéité, elle réussira à intégrer le bordel des officiers du camp, sa seule porte de sortie.  Une nouvelle approche de la Shoah sous forme de témoignage. Dérangeant mais essentiel.

     

     

    arton18757-a6b70.jpg"Urkas : itinéraire d'un parfait bandit sibérien"

    Nicolaïn Lilin, Denoël

    Nicolaï vit dans la communauté sibérienne des Urkas. La notion de famille et d'appartenance à un groupe y sont très présentes. Très jeune on lui apprend à détester les représentants de l'ordre et à manier le couteau. Une plongée dans les rites et codes de cette microsociété ultraviolente. Un premier roman qui mélange fiction, documentaire et autobiographie.

     

     

     

    "Rosa Candida" livre_l_566.jpg

    Audur Ava Olafsdottir, Zulma

    Arnljotur est un jeune homme de 22 ans aux trois obsessions : les fleurs, le corps et la mort. Afin de s'ouvrir au monde il va quitter son père et son frère jumeau autiste pour entreprendre une sorte de road movie initiatique. Son périple prendra fin dans le jardin d'un monastère où il rencontrera un moine cinéphile. Un roman islandais très poétique, véritable coup de coeur de la rentrée.


     

    35GUTT_3217478_2_apx_470_.jpg"Purge"

    Sofi Oksanen, Stock

    Alors que l'Estonie fête le départ des troupes russes, Aliide, veille femme vivant recluse dans une ferme, découvre dans son jardin la jeune Zara, jeune fille paumée et abîmée. D'abord réticente, Aliide accepte de s'en occuper. A travers leurs histoires, leur passé et leurs souffrances, l'auteur nous livre un pan de l'Histoire Estonienne et Européenne.