Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

librairie

  • L’homme qui s’envola d’Antoine Bello (Gallimard)

    l’homme qui s’envola,antoine bello,gallimard,littérature française,rentrée littéraire,serge vessot,m'lire,librairie,laval

     

    La vie de John Walker a toutes les apparences du bonheur : dans son fief d'Albuquerque (Nouveau Mexique) il est le chef d'entreprise en pleine réussite, figure de l'économie localeet forme depuis vingt ans, avec sa femme Sarah, un couple envié et admiré, parents de trois beaux enfants. En bref, Walker a tout pour être heureux. Tout, sauf ce qui est le plus précieux à ses yeux : le temps. Pour rejoindre par moment ce temps qui lui manque, Walker imagine sa fuite et une mise en scène de sa mort. Simple imagination, simple fantasme jusqu’à ce qu’il n’en puisse plus…

     

    Il met alors cette mise en scène en action et tout le monde le pense mort. Par prudence, la compagnie d'assurances dépêche un enquêteur afin de s'assurer de la réalité du décès de Walker qui va leur coûter 30 millions de dollars – on peut les comprendre…

    Cet enquêteur n’est autre que Shepherd, le meilleur dans son domaine et, très vite, il devine que Walker est toujours vivant...

     

    C’est un jeu du chat et de la souris qui nous est proposé dans lequel s'affrontent deux « cerveaux ». Un duel qui laisse place à l’observation, au calcul, à l’anticipation et aux feintes dans un rythme effréné.

     

    Un duel certes, mais Antoine Bello laisse également une part importante à l’aspect psychologique : trois voix (Walker, Shepherd et Sarah), trois voix où se mêlent les doutes, les frustrations, les envies, les conceptions du bonheur et de la notion de réussite – si subjective ! …

     

    Antoine Bello signe une course poursuite haletante qu'il est difficile de lâcher !

    ***

     

    L'homme qui s'envola

    Antoine Bello

    Gallimard - 9782070197385 - 20€

     

     

    Vous voulez acheter ce livre parce que la critique de Serge vous a plu, il vous suffit donc de cliquer ici

     

  • Les filles au lion de Jessie Burton (Gallimard coll. du monde entier)

    Les filles au lion, Jessie Burton,Gallimard, du monde entier, m'lire, littérature étrangère, serge vessot, librairie

     

    Après Miniaturiste (2015, Gallimard du monde entier), Jessie Burton nous plonge dans un roman complexe dont le centre du récit s’articule autour d’un tableau fascinant, longtemps disparu, mais mystérieux tant dans sa création que dans sa transmission…

     

    1936, Andalousie, à l’aube de la guerre civile espagnole, Olive est une jeune femme de 19 ans passionnée de peinture. Mais, en ces temps, le monde de l’art est un secteur essentiellement masculin et, malgré la présence de son père, Harold, dans le monde des marchands d’art, l’espoir de caresser la vie d’artiste et d’être reconnue est plus qu'illusoire.

    Dans ce petit village du sud de l’Espagne, la rencontre d’Olive et d’Isaac, peintre et militant communiste, va faire renaître ses espoirs d’artiste…

     

    1967, Londres, Odelle est une jeune femme originaire des Caraïbes qui rêve de devenir écrivaine. Mais difficile de faire sa place dans une société où le racisme est encore ordinaire et où la précarité est omniprésente. Odelle se résigne à prendre un travail de vendeuse de chaussures puis de dactylo dans une galerie de peinture. Dans ce lieu, il y fait la connaissance de Lawrie, un jeune homme charmant, qui est venu faire expertiser une toile d’origine mystérieuse…

     

    Deux intrigues qui se succèdent d’abord, puis se croisent, et enfin, s’éclairent l’une l’autre dans un roman qui interroge sur de nombreux thèmes : le rapport à l’art et la création, le processus créatif et – surtout – les femmes, sur leur identité féminine et leur place dans la société et dans le monde de l’art.

     

    Un goût du mystère prononcé, des personnages complexes, en proie à la société et aux tourments de l’Histoire portés par une écriture riche. Un récit romanesque parfaitement maîtrisé et intelligent.

     

    ***

     

    Les filles au lion

    Jessie Burton

    Gallimard coll. du monde entier

    9782070196975 - 22.50€

     

     

    Pour acheter ce livre et d'autres encore, cliquez ici

     

     

     



  • Magnetic Island de Fabrice Colin (Albin Michel Litt')

    magnetic island,fabrice colin,albin michel,litt',roman ado,psychologie,famille,m'lire,librairie,jeunesse,littérature,simon roguet

    Cyan a 16 ans. Il vit en Australie dans une villa de rêve. Son père est un réalisateur à succès. Il est rarement présent et laisse son fils aux bons soins de Moon, leur employée de maison.

    A priori, cette vie pourrait sembler idyllique. Mais ce n’est absolument pas le cas pour Cyan qui traîne son mal-être comme un boulet.

    Il boit beaucoup trop et vit très mal les non-dits et la situation plus que compliquée de sa famille. Sa sœur jumelle, Holly, a disparu il y a quatre ans mais personne n’en parle. Sa mère est partie peu après et, depuis ce jour, ses deux parents se vouent une haine très intense. Son grand-père, Senior, a décidé, lui, de se laisser vivre. Il passe ses journées avec ses nouvelles conquêtes à la piscine en fumant de l’herbe. Sa grande sœur, Divine, elle, semble se moquer de tout ça et mène avec énergie sa vie de jeune adulte. Elle reste malgré tout assez complice de son jeune frère et le maintient un tant soit peu dans la réalité.

    Quand celle-ci disparaît étrangement, Cyan commence sérieusement à s’inquiéter. L’histoire se répète puisque c’est de nouveau vers l’énigmatique Magnetic Island que semblent se trouver les indices qu’il cherche, c’est à dire exactement là où Holly avait disparu.

    Et c’est là que le roman de Fabrice Colin se densifie. La pression monte page après page et l’ambiance devient très vite irrespirable. L’aspect psychologique prend le dessus sur l’action et nous sommes pris dans une furie de lecture.

    La fin du roman est assez hallucinante, écrite dans un rythme à couper le souffle. Les révélations surprennent et la scène finale est très touchante.

    En refermant le livre, le lecteur met un peu de temps à se remettre, tout chamboulé et ému qu’il est.

     

     

    Magnetic Island

    Fabrice Colin

    Albin Michel Litt'

    14.00 €

    9782226327567

     

    chronique réalisée par Simon Roguet pour le magazine Page des Libraires

     

    Si vous avez envie de lire ce livre, vous pouvez l'acheter sur la boutique en ligne de la librairie

  • Dédicace de Chloé Wary pour Conduite interdite (Steinkis)

    chloé wary.jpg

    C'est vraiment très très cool de recevoir bientôt Chloé Wary pour une rencontre autour de sa bande dessinée CONDUITE INTERDITE publiée chez Steinkis. A la librairie (et dans bien d'autres endroits) nous avons tous adoré sa façon d'aborder ce sujet bien épineux.

    En Arabie Saoudite, les femmes n'ont pas le droit de conduire et Chloé Wary raconte l'histoire d'un collectif de femmes qui refusent cela et ont décidé de se battre pour leurs droits.

    Cela donne de très belles pages comme celles-ci :

    chloe wary, conduite interdite, steinkis, m'lire, dédicace, librairie, bd

    chloe wary, conduite interdite, steinkis, m'lire, dédicace, librairie, bd

    chloe wary, conduite interdite, steinkis, m'lire, dédicace, librairie, bd

    Alors si vous voulez en savoir plus... venez rencontrer Chloé Wary !

  • Collection Mes promenades sonores de Agnès Chaumié & Eva Offredo(Didier jeunesse)

    Alors que le marché des livres à puces (comprenez les livres où le jeune enfant appuie lui-même sur une puce sonore, aucun lien donc avec des livres de chien ou de chat…) explose, les éditions Didier Jeunesse parviennent à nous surprendre avec une très belle collection, « Mes promenades sonores », de loin la plus poétique de ce secteur.

    IMG_20170406_135642_109.jpg

    À l’origine de cette collection, nous retrouvons Agnès Chaumié, musicienne et chanteuse bien connue pour son travail dans l’association Enfance et Musique.

    Elle a notamment réalisé des albums devenus classiques comme Rondes de nuit, Mon Petit Doigt m’a dit ou plus récemment Je chante avec mon bébé (tous publiés par l’association Enfance et Musique).

    Elle revient cette fois avec un projet pour les plus petits où elle propose une approche poétique et sensitive de la musique et des sons.

    Les quelques pastilles sonores que l’enfant va découvrir avec ses doigts vont le faire voyager et l’emmener là où l’imaginaire des images le conduiront.

     

    Dans Voyage en mer par exemple, c’est l’univers marin qui est suggéré par ces instants sonores entre bruitages et musique. Tout cet univers fonctionne évidemment grâce aux sons proposés mais également grâce à l’illustration.

    IMG_20170406_141318_112.jpg

    Il faut féliciter ici Éva Offredo qui a merveilleusement réalisé ces images à la fois poétiques et simples. Le résultat est somptueux et d’une douceur reposante. Il annonce de beaux moments d’intimité avec les tout-petits.

     

     

    Dans la forêt / Voyage en mer

    Agnès Chaumié & Eva Offredo - Didier jeunesse

     

    Si vous voulez acheter l'un de ces deux livres, c'est par ici

    Cet article est paru dans la revue Page des libraires

     

  • Alexandre Jardin à la librairie - mardi 14 mars à 18H

    alexandre jardin.jpg

  • Ce que nous avons perdu dans le feu de Mariana Enriquez (éditions du sous-sol)

    CVT_Ce-que-nous-avons-perdu-dans-le-feu_1242.jpg

     Le démon du mal est l'un des instincts premiers du cœur humain. Edgar Allan Poe.

    Pourquoi vous parler d’Edgar Allan Poe ? Simplement parce que dans Ce que nous avons perdu dans le feu, on retrouve une certaine atmosphère, pesante, funèbre, macabre et intrigante. De là à atteindre le degré de Poe, peut-être pas encore. Mais il y a quelque chose ! A voir avec les prochains écrits !

     

    Une atmosphère pesante, funèbre, macabre et intrigante, certes ! Mais qu’est-ce que cela donne dans les faits ?

     

    Direction l’Argentine, le plus souvent dans la chaleur – météo ou climat de quartier – et puis quelques histoires – que l’on peut qualifier de – particulières, douze au total.
    En voici quelques exemples : l’histoire de la disparition d’un enfant des rues, le tout dans une ambiance nocturne, funèbre où règne la culture de la Santa Muerte ; des enfants qui se passionnent pour l’horreur, visitent des maisons hantées et ne sortent pas indemnes de ces expériences ; un fantôme d’un tueur en série qui se présente sur le tour touristique relatant ses faits et devient une obsession – presque – incontrôlable pour le guide ; une femme, fascinée par une tête de mort trouvée dans la rue, pousse au fur et à mesure son mari hors du lit puis hors des murs et va peu à peu s’oublier ; des adolescentes qui gagnent en folie en s’arrachant ongles et cheveux et dont la malédiction semble se transmettre ; des femmes qui s’immolent par le feu pour crier leur haine envers des hommes cruels ou tout simplement par attirance pour le feu…

     

    Un recueil de nouvelles piquantes donnant à la peur le premier rôle dans cette pièce de douze actes. Douze actes aux scènes sinistres où l’étrange croise l’effroi, le macabre s’unit à la terreur, l’horrible se mêle au lugubre. Une écriture contemporaine et parfois crue qui joue énormément sur la psychologie des personnages.

    La peur est latente, prête à bondir, parfois étrange et inexplicable mais le texte ne fait que flirter avec le fantastique sans jamais y tomber, car oui, peur, macabre, funèbre mais pas de monstre inventé, tout semble être déjà présent dans les « instincts premiers du cœur humain ».

     

    Chronique de Serge Vessot

     

    Ce que nous avons perdu dans le feu

    Mariana Enriquez

    Editions du sous-sol - 19

     

    Pour le découvrir, vous pouvez l'acheter ici

     

  • Dimitri planchon, l'auteur de Blaise, en dédicace samedi 11 mars

    dimitri planchon.jpg

  • La nouvelle émission radio ONLIKOINOU est en ligne

    Retrouvez toute l'info de la littérature de jeunesse dans l'émission ONLIKOINOU

    16427443_381368165559942_7301383544207647154_n.jpg

    Au programme de l'émission (Mars 2017)

    Invitée :

    M'zelle Magali, chanteuse et musicienne

    On a présenté ses deux disques :

    Douceurs pour petites oreilles (dist : Victor mélodie)

    Bap di Boup (avec Pierre Bouguier - dist : Victo Mélodie)

     

    Lecture du fascicule "La petite histoire des bébés et des livres" - Association ACCES

     

    Lectures des albums :

    L'araignée Gypsie de JF Dumont et Andrée Prigent (éd. Kaléidoscope)

    La souris grise verte de Christelle Minier (éd. Moka)

    La météo marine de Thierry Dedieu (éd. du Seuil jeunesse coll Bon pour les bébés)

    Oh non George de Chris Haughton (Thierry Magnier)

     

    Les univers d'auteurs :

    Lucie Félix (publiée aux éditions Les grandes personnes)

    Chris Haughton (publié aux éditions Thierry Magnier)

     

    Dans le rétro :

    lecture de Bébés Chouettes de Patrick Benson & Martin Waddell (Kaléidoscope)

     

    on a parlé aussi :

    présentation de la série Boris de Mathis (éd Thierry Magnier)

    présentation de la collection Mes petits imagiers sonores (Gallimard)

    présentation du titre Donald Winnicot dans la collection Des graines et des guides (A dos d'Ane)

    Coup de coeur pour l'album Entre nous bébé signe de Cendrine Genin & Séverine Thévenet (éd Ane Bâté)

     

    Vous pouvez écouter toutes les émissions en cliquant ici

  • Onlikoinou #61 LES OGRES de Jean Gourounas (rouergue)

    LES OGRES

    Jean Gourounas

    éditions du Rouergue - 13.90€

     

    Pour l'acheter c'est ici

  • apéro quiz spécial cinéma - samedi 04 mars 11h30

    Avant les Reflets du Cinémla en Mayenne, exercez-vous et

    venez à notre apéro quiz vous divertir quelque peu !!!

    11 mars 2017.jpg

  • Momo de jonathan Garnier & Rony hotin (Casterman)

    20170303_131741.jpg

    Très gros coup de cœur pour cette BD qui vient de sortir chez Casterman !

    20170303_132658.jpg

    Momo est une petite fille qui vit la plupart du temps seule avec sa grand-mère. Son père est un marin parti bien trop souvent sur les mers lointaines.

    Momo a un caractère bien tranché, un parler bien à elle qui la rend tout de suite sympathique. On pense immédiatement à de nombreux personnages enfants chez Miyazaki.

    20170303_132739.jpg

    L'histoire que je ne dévoilerais pas ici nous fait passer par de nombreux sentiments : rires, surprise, larmes...

    Jonathan Garnier, le scénariste, a vraiment su trouver les ingrédients pour tenir en haleine son lecteur tout en l'émouvant. La fin de ce premier volume est juste intenable et nous promet encore une fois une avalanche de sentiments. Il y a un truc dans cette BD qui se trouverait entre Le Tombeau des lucioles, Le Petit Nicolas et Totoro.

    On rit donc, souvent, on s'attendrit - beaucoup - et on pleure aussi...

    20170303_132806.jpg

    Le résultat est juste magnifique et il est fortement amplifié par le travail de Rony Hotin que je ne connaissais pas. Venant de l'animé (il a quand même remporté plusieurs grands prix internationaux), ce jeune illustrateur est juste bluffant de maitrise sur ce projet. Dans l'esprit d'un Bastien Vivès pour la fraicheur et la légéreté du trait mais plus influencé par la culture asiatique dans l'essence même du dessin, il parvient à insuffler un vraie tempête d'émotions par sa représentation de la jeune Momo. Les couleurs sont elles aussi super chouettes et le tout forme un très très bel album.

    20170303_132839.jpg

    Bref vous l'aurez compris, j'ai énormément aimé ce titre et j'attends évidemment la suite avec une grosse impatience !!!

     

    chronique de Simon Roguet

     

    MOMO

    Jonathan Garnier & Rony Hotin

    Casterman - 16€

     

    Achetez ce livre sur notre boutique en ligne

     

  • Rencontre avec Philippe Malone pour la pièce III

    philippe malone copie.jpg

    Dans le cadre de notre partenariat avec le festival Les Nuits de la Mayenne, nous recevons samedi 1er août Philippe MALONE à la librairie. Il est l'auteur de la pièce III présentée ce même jour à Montflours.

    Par ailleurs, Delphine animera sur place une discussion autour de son œuvre à partir de 19H.

  • Un vent de cendres ( Sandrine Collette)- Chronique de Dephine#42

    UN VENT DE CENDRES

    Sandrine Collette

    Denoël- 18€

     

    IMG_20140407_161748.jpg

     

    Saison des vendanges dans la région Champagne. Camille et son frère Malo, inséparables depuis toujours, ont décidé pour la première fois de s'initier à l'expérience des vendanges. Ils débarquent sous une chaleur écrasante au domaine d'Octave et Andréas. Ces deux propriétaires viticoles ont un passé commun tragique qui les lie à tout jamais. Dix ans auparavant,  victimes d'un tragique accident, Andréas a perdu sa femme Laure et refuse de sortir de sa chambre depuis ce temps. Octave, quant à lui, a conservé une longue balafre sur le visage et une jambe boiteuse.

    Dès leur arrivée, Malo sent qu'il se passe quelque chose. En découvrant Camille, Octave est pris d'un malaise. La jeune femme, aux cheveux d'un blond extraordinaire, est le portrait craché de Laure. Mais évidemment, ce n'est pas possible, ce n'est pas elle. Malo veut alors mettre en garde Camille contre son patron. Elle ne veut pas l'écouter et une dispute éclate entre les deux. Le lendemain, Malo a disparu. Mais contrairement aux autres, Camille a un mauvais pressentiment et est persuadé que son frère est en danger.

    Sandrine Collette nous offre un thriller épatant jusqu'à la dernière page. Déjà remarquée lors de la parution de son premier roman Des noeuds d'acier aux éditions Denoël en recevant le Grand prix de la littérature policière, elle confirme ici tout son talent.

     

     

  • ON NOUS A COUPE LES AILES (Fred Bernard & Emile Bravo) - chronique de Simon #145

    ON NOUS A COUPÉ LES AILES

    Fred Bernard & Émile Bravo

    Albin Michel - 11.50€

    on nous a coupé les ailes, emile bravo, fred bernard, m'lire, librairie, album jeunesse, première guerre mondiale, simon roguet

    On connaît le talent de conteur de Fred Bernard. Depuis des années, avec son compère François Roca, ils nous émerveillent avec leurs albums magnifiques. Mais cette fois, Fred Bernard avait envie de raconter une histoire plus intime, plus personnelle. Il a donc fait appel à un autre ami, bien connu de nos étalages également, le talentueux Émile Bravo.

    Avec On nous a coupé les ailes, ils nous offrent un livre remarquable de sensibilité et de justesse sur la Première Guerre Mondiale. En alternant deux récits à quelques années d'intervalle, Fred Bernard nous prouve une nouvelle fois qu'il possède un réel talent d'écrivain et de raconteur d'histoire. Son texte est juste et percutant, l'alternance des deux récits est poignante. La première partie se déroule pendant l'enfance du jeune narrateur de la fin du XIXe jusqu'à l'aube de la guerre. On y voit un enfant joyeux, vivant avec ses frères et sœurs, faisant les 400 coups avec son cousin Firmin et s'émerveillant devant les débuts de l'aviation. Les séquences qui entourent cette narration sont celles du même narrateur, devenu adulte, qui vit la dureté des tranchées de la première guerre. Comme des lettres qu'il écrirait à sa mère, on est touché par la cruauté de cette guerre, les pertes qui se suivent et ne surprennent plus et le contraste qui s'installe entre les deux récits comme une perte des illusions. L'amour et l'admiration pour les avions semble s'éteindre peu à peu également jusqu'à la fin qui apporte un peu de baume au cœur.

    L'écriture est pleine de joie, de vivacité dans la première partie, émouvante et sensible dans la seconde. L'illustration d’Émile Bravo colle parfaitement aux propos et donnent au final un album remarquable, immédiatement indispensable dans nos étagères. Déjà un classique !

  • Chut ! on a un plan (Chris Haughton) - chronique de Simon #144

    CHUT ! ON A UN PLAN

    Chris Haughton

    Thierry Magnier - 14,80 €

     

    chut on a un plan,chris haughton,thierry magnier,album jeunesse,oiseau,librairie,laval,m'lire,mlire,simon roguet

     

    Ce Chris Haughton a un talent fou. Après seulement trois albums, tout le monde sera d’accord pour le considérer comme un des auteurs majeurs en petite enfance. Il possède tout ce qui fait un auteur important : une maîtrise impeccable de l’histoire et de la narration. Quand on s’adresse aux petits, il faut être juste et la langue de Haughton se lit parfaitement. C’est fluide, cela sonne. En tant que lecteur, on prend vraiment plaisir à transmettre ses textes et cela change tout. Ensuite il faut un style graphique et là encore, Chris Haughton fait fort. Son trait est parfaitement reconnaissable et les fans de Bébé chouette (Un peu perdu) reconnaissent parfaitement George (Oh non George) et reconnaitront immédiatement les 4 compères de cette histoire.

    Dans Chut ! on a un plan, nous suivons 4 personnages à l’allure vraiment rigolote qui partent à la chasse aux oiseaux. Pas très malins, cette chasse va vite prendre des airs de ridicule pour eux… Un grand succès une fois encore !

     

  • Automne (Jan Henrik Nielsen) - chronique de Geoffrey #03

    AUTOMNE

    Jan Henrik Nielsen

    Traduction Aude Pasquier

    Wiz, Albin Michel - 15,90 €

     

    automne,jan henrik nielsen,albin michel,wiz,roman ado,littérature adolescente,m'lire,librairie,laval,geoffrey berain

    Ce roman se passe en Norvège après un cataclysme écologique. Nous allons suivre Nanna et Fride, deux jeunes filles qui vivent dans un bunker avec leur père. Cela fait 6 ans qu’ils vivent sous terre et la nourriture commence à manquer. Le père tombe malade et les deux sœurs vont devoir quitter la sécurité du bunker pour aller se ravitailler en nourriture et médicaments. Les filles vont-elles s’en sortir dans ce monde hostile ? Les personnes vivantes qu’elles vont sûrement croiser seront-elles bonnes ou mauvaises ? autant de questions qui nous font plonger dans cette aventure.

    Cet ouvrage est un voyage dans un monde post-apocalyptique dans lequel la vie a quasiment disparu. On s’attache rapidement à ces deux jeunes héroïnes innocentes mais qui n’ont pas froid au yeux. Et il n’est pas impossible qu’elles fassent une découverte qui ramènerait un espoir depuis longtemps disparu.

    Automne est un roman norvégien écolo très intéressant et passionnant à découvrir.

    chronique de GEOFFREY BERAIN

     

  • LÀ OÙ LEURS MAINS SE TIENNENT (Grégory NICOLAS) - chronique de Fabien #14

    LÀ OÙ LEURS MAINS SE TIENNENT

    Grégory NICOLAS

    Rue des promenades - 14 €

    http://www.mollat.com/cache/Couvertures/9782918804451.jpg

    Sous ce joli titre se cache un très beau premier roman d'un jeune auteur à suivre : Grégory Nicolas.

    Ce roman raconte l'histoire de la vie d'un garçon au destin plus qu'étonnant : Jean-Baptiste Moysan.

    Dès les première pages, on apprend qu’Isabelle, sa mère, va décèder en donnant la vie à son petit garçon. Ensuite on suit Patrick, professeur de lycée, dont  l’accomplissement de lui-même ne tient qu’à une mèche de cheveux. On va vite comprendre que Patrick rencontre Isabelle par un concours de circonstance - comme quoi la vie ne tient qu’à une mèche - et cette rencontre (très courte et mortelle pour Patrick) donnera naissance à Jean-Baptiste. Ses deux parents décédés, Jean-Baptiste sera élevé par sa grand-mère.

    Jean-Baptiste qui commencera son premier jour au collège par une petite faiblesse et une étude du livre Le parfum de Süskind, qui lui vaudront le nom de Grenouille (On peut remercier Patrick Süskind pour tous les Jean-Baptiste). Pour ses 11 ans, sa grand mère va lui offrir son premier vélo, un vieux Peugeot qu'il va s'empresser de repeindre aux couleurs de son équipe préférée… Et puis tout s'enchaîne, le petit est doué. Très doué même. Il pourrait même devenir l'une des futures stars du peloton français...

    Vous aimez le tour de France ? Moi non plus, et malgré tout, j’ai adoré ce livre ! 

    Si ce roman est essentiellement basé sur l'univers du cyclisme, du tour de France, il recelle de trouvailles et de plaisirs bien littéraires. Pour résumer ce roman est un véritable plaisir de lecture même si on n'est pas fan de sport. Pour cela, on peut y voir un vrai hommage aux chroniques d'Antonin Blondin sur le Tour de France. (à découvrir d'urgence si vous ne les connaissez pas). Oui ! le sport (et évidemment) peut aussi être le lieu d'une écriture littéraire... Avec un ton caustique, une écriture légère et simple, Grégory Nicolas réussit surtout à dresser le portrait  de personnages attachants dans une France moyenne et populaire. Il réalise ici un premier roman très prometteur...

     

  • SULAK (Philippe JAENADA) - chronique de Fabien #13

    SULAK

    Philippe JAENADA
    Julliard - 22 €
     

    http://extranet.editis.com/it-yonixweb/IMAGES/JUL/P3/9782260020592.jpg

    On l'attendait avec pas mal d'impatience. Voici le nouveau Jaenada qui arrive pour la rentrée littéraire. Sulak, c’est avant tout l’histoire d’un homme, Bruno Sulak, gentleman cambrioleur dans les années 1980. Doté d’une mémoire prodigieuse et doué dans toutes les disciplines, il aurait pu être promis à un grand avenir. Il a préféré trainer dans les bas-fonds de Marseille et prendre la tête d’un gang de voyous. Arrêté pour un vol de bicyclette, il s’engage dans la légion, où il bat le record du saut en parachute. Son record est refusé, il décide de faire le mur, au même moment, la légion part pour le Zaïre. Ce qui ne devait être qu'une escapade devient une désertion. C'est le début pour lui de ses exploits dans la grande délinquance…

    Qui mieux que Philippe Jaenada (La femme et l'ours, le cosmonaute) pouvait nous faire une biographie parfaite sur un personnage de caractère comme Sulak, cambrioleur de grande classe, avec une éthique forte dans un contexte subversif ? Bruno Sulak reprend vie dans le roman de Jaenada. Sur fond de la France des années 70-80, on y rencontre cet homme qui prône la non violence et l’intégrité et qui deviendra rapidement l'icône des chroniques judiciaires de l’époque.

    Avec une tendresse toute jaenadienne, un humour pince-sans-rire, des digressions magnifiques, Jaenada met tout son style, qu'il a somptueux, au service de la narration de la vie d’un personnage haut en couleur .

    C’est encore un beau roman que nous laisse Jaenada pour la rentrée littéraire de 2013. 


    Sortie prévue le 22 août.


     

  • Les arbres voyagent la nuit (Aude Le Corff) - chronique de Camille #03

     

    LES ARBRES VOYAGENT LA NUIT

    Aude LE CORFF

    Stock - 19€

     

    Les arbres voyagent la nuit, Aude Le Corff, stock, littérature française, camille marion, m'lire, librairie

     

    « Manon semble lire dans ses pensées :

    - Alors, tu as emmené tes amoureuses sur la dune ?

    - Comment ? Euh, oui, certaines d'entre elles.

    - C'est mignon.

    Elle lui parle comme si c'était lui, le petit garçon.

    - Tu les as embrassées ?

    - Oui.

    - Vous aviez le vertige ?

    - Oui, pour différentes raisons !

    - Est-ce que vous pouviez toucher les nuages ?

    - Presque...

    - Les étoiles aussi, le soir ?

    - J'en ai rapporté plusieurs, dans mon sac à dos.

    Manon sourit à l'évocation de cette image. »

     

     

     

    Depuis que sa mère a quitté la maison en ne lui laissant qu'une lettre, Manon est devenue solitaire, parlant aux fourmis et aux chats, tandis que son père passe ses journées à attendre un signe de sa femme, sombrant dans la dépression et délaissant sa fille. La rencontre de la fillette avec Anatole, un professeur de français à la retraite, qui va l'apprivoiser en lui lisant Le Petit Prince va permettre à Manon de retrouver la joie de vivre et au vieillard un peu de compagnie et d'espoir. Autour de cette belle amitié se tissent les histoires de Pierre, le père de la fillette et de Sophie, sa tante. Ces quatre personnages décident alors de partir au Maroc pour retrouver Anaïs, la mère de la petite fille...

     

     

     

    Les arbres voyagent la nuit, c'est d'abord le récit d'une amitié, de deux êtres extrêmement seuls qui trouvent du réconfort et un peu de chaleur humaine en entretenant une relation simple et sincère.

     

    Grâce à tous ces existences qui s'entremêlent, Aude Le Corff aborde de nombreux thèmes dans ce premier roman : la relation enfant-vieillard bien sûr, mais aussi la dépression, la vie conjugale, tout en nous laissant voir comment la vieillesse est vécue par la société. Elle écrit sur les marginaux, les laissés pour compte. La lecture est fluide, les éléments de l'histoire se mettent en place progressivement et naturellement, tandis que le lecteur s'attache aisément aux personnages, présentés dans leur vulnérabilité, ce qui les rend plus touchants encore. Le Petit Prince fait office de guide tout au long du récit et l'histoire d'Anatole et Manon n'est pas sans rappeler celle du petit garçon et du renard.

     

     

     

    Les arbres voyagent la nuit, c'est un livre qui fait du bien ; positif et lumineux. C'est une histoire dans laquelle chacun tente de s'apprivoiser et de trouver sa place auprès des autres. Un joli roman de printemps pour les amoureux de la poésie (et les autres).