Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

sarbacane

  • MARQUISE de Joanne Richoux (Exprim', Sarbacane)

    marquise,joanne richoux,exprim,sarbacane,littérature ado,jeunesse,solene duroch,mlire,laval

    Voici un premier roman décapant inscrit dans un décor à la « Marie Antoinette » et un univers décadent. Sexe, drogue et alcool, ambiance rock’n’roll garantie à Versailles ! Bienvenue dans un monde de paillettes et de faux semblants où les jeux de manipulation sont plus mesquins qu’ils n’y paraissent…

     

    Charlotte et Billy se connaissent depuis l’enfance et n’envisagent pas de vivre séparés. Ils espèrent s’échapper de leur village qui ne leur offre aucune perspective d’avenir et s’envoler vers la capitale pour vivre leur rêve de liberté. C’est alors que Billy saisit l’opportunité du siècle : postuler à un casting exceptionnel en vue d’intégrer « les Voluptueuses », une communauté entourée de mystère où de jeunes gens talentueux sont choisis pour dévoiler leurs prouesses artistiques. Ils ont la chance et l’honneur d’intégrer la cour d’un richissime aristocrate résidant dans un luxueux château isolé sur une île écossaise. Cet homme fascinant appelé « Le Marquis », connu pour son excentricité, fait vivre ses fidèles dans le raffinement et l’opulence, un univers où tous les excès sont permis tant que l’art et la création sont au rendez-vous.

     

    Dans le domaine protégé du Marquis, la jeunesse totalement coupée de la vie réelle s’abandonne dans les artifices du succès et de l’apparence sans penser que l'intimité est mise à prix. Un jeu dangereux qui risque de brûler bien des ailes… Pourtant, Billy est prêt à tout quitter et à renoncer à son passé pour vivre cette expérience inédite. Charlotte se résigne à le suivre dans cette folie qui va vite les dépasser.

     

    Marquise est un roman rafraîchissant doté d’une énergie grisante, portrait au vitriol de nos sociétés modernes. La chute, saisissante, nous fait froid dans le dos par son terrible accent de réalisme. Et si nous en arrivions vraiment là ? Une mise en garde alarmante sur les dérives de notre époque.

     

    Comme ce roman a l'air super captivant et que c'est un nouveau eXprim', je l'achète (par ici) !

    Marquise

    de Joanne Richoux

    Sarbacane, eXprim' - 15.50

  • SAMEDI 14 NOVEMBRE de Vincent Villeminot (Exprim', Sarbacane)

    samedi 14 novembre,vincent villeminot,sarbacane,exprim,littérature ado,solène duroch,librairie mlire,laval

    Samedi 14 novembre est un roman qui m’a prise aux tripes et profondément dérangée. J’ai dû plusieurs fois refermer le livre pour reprendre mon souffle avant de replonger dans cette tornade d’émotions violentes. Le narrateur me filait entre les doigts, m’échappait au fur et à mesure que sa folie prenait une ampleur considérable. Ce texte m’a fait mal, il m’a bousculée, révoltée, mais profondément touchée.

     

    Vendredi 13 novembre, B. et son frère Pierre sont attablés à la terrasse d’un café quand surviennent les tirs. B. est touché par une balle, tandis que Pierre git à terre, sans vie. À l’hôpital, sous le choc, B. s’enfuit sans se retourner et s’enfonce dans une nuit noire.

    « B. marchait comme un somnambule. Il se sentait comme un funambule, plutôt : en équilibre fragile au-dessus d’une douleur sans fond. »

    Dans le métro, parmi les visages hagards, B. capte le regard d’un homme et le reconnaît. Dans la voiture pendant que les autres tiraient, il était resté à contempler la scène à travers la vitre de la portière, sans bouger. Alors B. va suivre l’inconnu, guidé par son instinct. Il va suivre « son » assassin. Très vite, j’ai senti que les rôles allaient s’inverser. La victime qui devenait bourreau, et le bourreau, victime.

     

    Vincent Villeminot signe ici un roman extrêmement fort, un de ceux qui ne peuvent laisser indifférent. Un roman déroutant sur un sujet où la parole a du mal à se libérer, déstabilisant par la violence de B., ce déchaînement d’agressivité incontrôlable, qui s’éveille brusquement au contact de la haine. Je me souviens du rire de B., effrayant et malsain, ce « grand rire sauvage ». Et ses mots qui claquent, ses injures cinglantes. Puis la peur qui s’insinue dans ce petit appartement, qui suinte et oppresse. Que va-t-il faire ? Jusqu’où va-t-il aller dans sa folie ?

    Au centre du drame, Layla est la figure apaisante dans cette atmosphère étouffante et saturée. Puis B. devient Benjamin, ou redevient Benjamin. J’ai bien senti que le rire au fond de son ventre pouvait ressurgir à tout moment, mais il semblait avoir repris corps dans le jeune homme de vingt ans qu’il était, sans armes, sans son poing écorché à vif, sans cette démence insoupçonnée qui l’avait cueillie dans le hall de l’immeuble. Il retrouve son humanité, volée par la vengeance, la volonté de faire mal à celui qui brise.

     

    « À ce moment, à ce moment précis, Benjamin ne savait plus qui était l’ennemi. Ni ce qui le soulagerait - d’en finir avec l’autre ou avec lui-même. »

     

    Quand B. est Benjamin, Layla prend soin de lui, panse ses blessures. C’est comme s’ils n’étaient plus que deux, alors, dans l’appartement. Deux corps qui s’apprivoisent après la violence, deux esprits qui échangent, se confrontent. Qui se pardonnent peut-être.

    Écrire au futur est donc possible, puisqu’il y a un après, un avenir.

    « Comment tu la regardes, la mer ? La vie qui vient et reflue, nous traverse, puis se retire ? Comment tu la regardes ? Et vers où ? Vers quel horizon - quelle ligne de fuite ? »

    Prenez le temps de lire ce livre, puis de le digérer à votre manière. Parlez-en autour de vous, car il soulève un flot de questions sur un sujet douloureux où les mots ont du mal à se frayer un passage.

     

    Pour acheter ce roman, cliquez par ici

     

    SAMEDI 14 NOVEMBRE

    de Vincent Villeminot

    Sarbacane, collection eXprim', 15.50€

  • ONLIKOINOU #59 SONGE A LA DOUCEUR de Clémentine BEAUVAIS (Sarbacane)

    Lire la suite

  • ONLIKOINOU #58 Une Course épique de Marie Dorléans (éditions Sarbacane)

  • LES FRAGILES de Cécile ROUMIGUIERE (Sarbacane)

    LES FRAGILES de Cécile ROUMIGUIERE

    Coll Exprim' Sarbacane - 15.50€

     

    DSC02951.JPG

    Encore une fois, nous sommes en présence d'un très bon roman ado avec ce premier ouvrage dans la collection de Cécile Roumiguière (qu'on avait par exemple fortement appréciée avec son "Lily" publié à la Joie de Lire).

    Dans "Les fragiles" on va suivre le parcours de Drew, un ado de 17 ans qui vit assez mal ses liens avec ses parents et notamment avec son père, un gars un peu bourru, pas mal raciste et un peu nul en général... En même temps il rencontre une fille un peu comme lui, un peu insaisissable, qui va le porter mais aussi le déstabiliser, l'étrange et belle Sky...

    La narration se fait sur plusieurs époques, l'une le jour J de l'événement (mais ne comptez pas sur moi pour vous le dévoiler !) et les autres en remontant le temps à partir des 9 ans de Drew. On voit donc les relations et sentiments de Drew évoluer au fur et à mesure de l'histoire et c'est ça qui est bon.
    Comment cette famille se disloque peu à peu ? quelles relations crée-t-il avec Sky ? comment les personnages s'intensifient au gré des pages ?
    Car ils évoluent les personnages et c'est ça qui est fort dans ce récit. Rien n'est vraiment acquis, Personne n'est vraiment tout pourri ou tout beau. Et même le père (qu'on assimile tout de suite à la pire des crapules ou au moins à un beauf exemplaire) peut s'avérer plus fin qu'il n'y parait.
    Cette narration, hyper découpée, peut être déstabilisante au début mais c'est elle qui crée la force du récit et nous maintient en haleine quant au dénouement de l'histoire.

    En tout cas, avec cette histoire, on est sans cesse un peu mal assis, un peu sur des œufs, attendant l'acte dramatique qui finalement ne viendra pas vraiment. Car malgré l'intrigue, malgré les événements, il ne se dégage pas de violence de ce texte. Il y a même une certaine forme de tendresse pour l'ensemble des personnages qui est vraiment intéressante. Car finalement tout le monde dans ce roman est juste un peu... "fragile".
    (C'était pourtant pas compliqué; tout est dans le titre !)

    En résumé, un très bon texte à découvrir.
    On vous le conseille !

     

    Si vous voulez découvrir ce livre, vous pouvez le commander ici

  • DYSFONCTIONNELLE de Axl Cendres (Exprim', Sarbacane)

    dysfonctionnelle,axl cendres,exprim',sarbacane,littérature jeunesse,solène duroch,m'lire,laval

    Attention, ce livre est un méga giga extra coup de cœur ! Si vous n’avez pas encore lu Dysfonctionnelle d’Axl Cendres, c’est le moment !

     

    Petit topo : Fidèle, de son petit nom Fifi (puis bouboule, après sa découverte du Nutella), vit dans une famille plutôt atypique : un père gangster, une mère qui déraille et une joyeuse tribu en guise de frères et sœurs, le tout vivant dans un bar appelé « Le bout du monde » dans le quartier de Belleville. Dès le début, on se sent très attaché à cette Fifi qui nous brosse le portrait de son petit univers. « Au bout du monde » on croise Maryline, une fervente activiste et féministe dès son plus jeune âge, Alyson, une jolie fille attirée par les badboys, Dalida, qui se demande comment elle a pu atterrir dans cette famille de fous, Grégo fan de bagarre, Jésus qui passe son temps à prier dans sa chambre et JR, beau gosse mais bête comme ses pieds. Fifi et ses six frères et sœurs ont pour père Sid-Ahmed, un homme respecté de tous, mais qui se trouve très souvent au mauvais endroit au mauvais moment. Il est fou amoureux de sa Natasha, une très belle femme qui a « les grands yeux d’une blonde malchanceuse ». Et il y a aussi Zaza, la grand-mère Kabyle au grand cœur, figure sage et bienveillante au milieu tout ce petit monde en effervescence.

     

    Lorsque Fifi rentre à l’école, cette gamine un peu ronde affublée d’une veste en cuir et d’un maillot de foot du PSG se fait tout de suite remarquer. A l’adolescence, grâce à sa fameuse mémoire photographique, elle se retrouve propulsée dans un lycée des beaux quartiers parisiens, entourée des Elénonor, des Augustin et des Apolline. Elle rencontre la personne qui, elle, vit dans une famille supra-fonctionnelle. Et bien sûr, les contraires s’attirent…

     

    On a beaucoup de mal à quitter cette famille pleine de vie et de couleurs, on se retrouve embarqué dans ce flot de rires, de chants, de tristesse et de bonheur. Le personnage de Fifi est très touchant et son histoire d’amour, tout simplement magnifique. 

     

    Si vous voulez découvrir la famille dysfonctionnelle de Fifi, venez acheter ce livre ici !

     

  • LES PETITES REINES de Clémentine Beauvais (Exprim', Sarbacane)

    les petites reines,clémentine beauvais,exprim,sarbacane,littérature jeunesse,solène duroch,m'lire,laval

    À la rentrée, le verdict est tombé : Mireille Laplanche s’est fait détrôner de son fameux titre de Boudin d’Or cette année. Ce serait une certaine Astrid Blomval qui lui aurait piqué la vedette. Désormais Boudin de Bronze, la curiosité de Mireille s’éveille, car pour rafler le statut de Boudin, il faut pouvoir tout de même être sacrément moche. Vous vous demandez de quoi je parle ? Attendez, vous ne connaissez pas le concours des trois Boudins du collège-lycée Marie-Darrieussecq de Bourg-en-Bresse ? C’est pourtant assez simple : un dénommé Malo, petit merdeux d’une quinzaine d’années (et accessoirement ancien meilleur ami de Mireille Laplanche), a eu la bonne idée d’élire sur Facebook chaque année les trois demoiselles les plus disgracieuses de l'établissement (dans le jargon de ce jeune homme, ça donnerait plutôt : des grosses vaches dégueulasses qui ne méritent que ça). Mais alors qui est la Boudin d’Argent ? Sous ce titre se cache la petite Hakima Idriss, qui commence en beauté sa cinquième avec cette horrible étiquette collée à la peau. Les trois Boudins vont alors faire connaissance et plutôt bien s’entendre. Le coup est dur à encaisser pour les nouvelles, alors autant s’épauler. Mireille, elle, est rodée depuis un bon petit moment déjà. Une fois réunie, elles ont une superbe idée en perspective pour entamer leurs grandes vacances d’été. Leur objectif, aller gate-crasher la garden-party du 14 juillet à l’Élysée, mais pas par n'importe quel moyen ! Et oui mesdames messieurs, car c'est à vélo qu'elles se rendront à Paris, et pour financer leur périple, rien de mieux que de vendre des boudins à bord d'un van totalement relooké !

     

    Chacune à ses raisons de se retrouver au beau milieu des célébrités parisiennes, que je me garderais bien de révéler… À vous de découvrir l’épopée de ces trois boudinettes jusqu’à Paris, humour et situations improbables au rendez-vous !! Un livre qui nous offre un grand bol d’air frais !

     

    Pour acheter ce livre, c'est ici !

     

     

  • QUELQU’UN QU’ON AIME de Séverine Vidal (Exprim', Sarbacane)

    WP_20150929_002.jpg

    Quelqu’un qu’on aime nous embarque dans un road trip magnifique aux côtés de personnages plongés dans une aventure inoubliable.

     

    Le grand-père de Matthew, Old Gary, un papi plein d’humour et d’énergie, commence à perdre la mémoire. Avant qu’il ne soit privé de la plupart de ses facultés et qu’il vive dans l’absence, son petit-fils a une idée folle : lui faire revivre, le temps d’un voyage, la plus grande tournée de sa jeunesse. Gary, fan du chanteur Pat Boone, plus connu à l’époque comme le rival d’Elvis Presley, était parti avec une bande de copains faire la fête et suivre les concerts de leur idole à travers les États-Unis en 1958. Matt n’a plus qu’une envie, que ses souvenirs et ses émotions enfouis dans un coin de sa tête refassent surface. Sauf que rien ne va se passer comme prévu. Après avoir appris qu’il est le papa d’une petite fille qu’il devra garder pendant les deux mois suivants, Matt est confronté à la tempête qui plonge le Texas sous la neige. Le jour du grand départ, Old Gary et son petit-fils sont coincés à l’aéroport, les avions sont bloqués et tous les vols annulés. Cependant, ils ne sont pas les seuls à être bien embêtés par cette situation qui vient également contrecarrer les plans de Luke, un ado en fugue, et Antonia, une jeune femme fuyant son ancienne vie pour aller tenter sa chance à Austin. Ces personnages vont se croiser, faire connaissance et vivre un petit bout de chemin ensemble à bord d’un grand van qui va sillonner l’Amérique.

     

    Séverine Vidal signe ici un très beau roman sur les liens familiaux, l’amitié, le voyage et la maladie. Un texte émouvant et plein de sensibilité que nous vous conseillons vivement !

     

    « Il voudrait garder ce moment, le retenir. Mais il ne peut pas, le présent file et c’est comme ça, alors Luke serre la main de Gary, falaise fragile qui attend, retenant son souffle, le prochain tremblement de terre. »

     

    Ce coup de cœur vous tente ? Pour l'acheter c'est ici !

     

     

  • VENENEUSES de Thomas GILBERT (SARBACANE)

     

    couv-veneneuses-620x850.jpg

    Vénéneuses, Thomas Gilbert, Sarbacane, BD, Solène Duroch, M'Lire, Laval

    Nour et Domitille ne se quittent pas depuis leur enfance. Aujourd’hui, alors âgées de 16 ans, elles vivent leur vie à toute vitesse : soirées, alcool, drogues, drague qui dérape… Mais leurs aventures, qu’elles voudraient trépidantes, sont justes teintées de désespoir et traduisent un cruel besoin d’exister. Dom est en recherche permanente d’amour et d’attention, que ses parents n’ont pu lui donner. Elle cherche donc les regards des hommes, mais se sent sali dès que des mains la touchent. Les deux jeunes filles, inséparables, malgré les disputes et la rancœur, sont liées coûte que coûte, dans la joie comme dans la tristesse, à la vie à la mort.

    Un récit fort et troublant qui ne laisse pas indifférent. On en ressort vaguement mal à l’aise, les dernières pages ne laissant peu de doute sur le dénouement de l’histoire. Dans cet album, les couleurs vives aveuglent le lecteur, tout comme la détresse des personnages qui cherche à s'échapper des corps par tous les moyens possibles.

     

    Pour acheter cette bande dessinée, cliquez ici !

     

     

     

  • IL ÉTAIT DEUX FOIS DANS L’OUEST de Séverine VIDAL (Pépix, Sarbacane)

    WP_20150919_004.jpg

    La maman de Luna travaille comme maquilleuse sur les plateaux de cinéma, alors quand on lui propose de s’occuper d’une célèbre actrice sur le tournage d’un film en plein cœur de l’Arizona, elle organise un super voyage aux États-Unis avec sa fille. Luna n’est pas très emballée, car elle est séparée de son petit frère Solal et de son père pendant tout un mois (soit 33 dodos vous vous rendez compte !!). Mais arrivée dans ce désert du Grand Ouest américain, tout se passe comme dans un rêve. Elle ne peut que s’émerveiller devant ces paysages magnifiques, si différents de la Bretagne où elle a l’habitude de passer ses vacances chez ses grands-parents. Bientôt, elle fait la rencontre de Josh, un indien d’une réserve navajo, tous deux se préparant à vivre une expérience inoubliable (mais non dénuée d’imprévus et de petites frayeurs, gare aux coyotes, à « Sloppy Joe » et aux piqures de scorpions !).

    Une bonne dose d’humour et d’aventure, un brin de frissons et une belle histoire d’amour, en deux mots : à lire !!

     

    Super chouette, j'achète ce livre !

     

     

  • ONLIKOINOU #54 QUELQU'UN QU'ON AIME de Séverine VIDAL (Exprim' Sarbacane)

    On a adoré le nouveau roman de Séverine Vidal, QUELQU'UN QU'ON AIME publié dans la collection Exprim' chez Sarbacane et on vous le dit dans ce nouvel épisode d'Onlikoinou

     

    VOUS ADOREZ, VOUS VOULEZ CE LIVRE, C'EST ICI

  • Les belles nouveautés de la rentrée #02

    Et hop ! deuxième fournée des albums coup de cœur de la rentrée. En avant !

     

    LE MEUNIER AMOUREUX de Alice BRIÈRE-HAQUET et Amélie VIDELO (Sarbacane)

    DSC00869.JPG

    C'est beau, c'est frais, ça sent bon la paille fraichement coupée. On a envie de se rouler dans l'herbe et de tomber amoureux ! Un très bel album poétique à humer de plaisir !

    DSC00870.JPG

    DSC00871.JPG

    DSC00872.JPG

    * * * * * *

    JE SUIS HENRI PINSON de Alexis DEACON et Viviane SCHWARZ (Pastel)

    DSC00861.JPG

    Complétement déjanté, cet album nous narre les histoires de Henri, pinson de son état, qui peu à peu va prendre conscience de son être et de son état. Oui certes il est pinson mais il le sait, donc il pense ! Donc il n'est pas obligé de vivre comme tous les pinsons. Il peut réfléchir par lui-même ! Quel découverte !!!
    Un album très drôle et franchement futé !

    DSC00862.JPG

    DSC00863.JPG

    DSC00864.JPG

    * * * * * *

    OUPS ! de Suzi MOORE et Russell AYTO (Kaléidoscope)

    DSC00865.JPG

    Un vrai plaisir de lecture !

    Chien, souris et chat ont perdu leur cri. Sur le conseil de Hibou, ils partent dans la forêt voir la vieille dame aux secrets magiques. Mais cette dernière n'est plus très sûre de sa formule...

    Une histoire relativement classique mais très efficace pour des lectures à voix haute. Le dessin de Russell Ayto (qu'on avait adoré avec Papa poubelle) est vraiment chouette.

    DSC00866.JPG

    DSC00867.JPG

    DSC00868.JPG

  • Onlikoinou #39 Les ogres mutants (Guillaume Guéraud et Ronan Badel) - Série B Sarbacane

    Geoffrey s'y met également !
    Pour son 1er Onlikoinou, il vous présente Les Ogres mutants de Guillaume Guéraud et Ronan Badel publié aux éditions Sarbacane.



    onlikoinou 39 ogres mutants par afterfives

     

  • Les nouveautés jolies de la rentrée #03

    IMG_20130827_175337.JPG

    PIRATES À TARTINER (Eric Veillé) - Actes Sud junior

    Si vous étiez là en juin dernier pour la dédicace d'Eric Veillé, voici son nouveau livre tout aussi excellent Pirates à tartiner. Au programme, des dents noires à colorier, des monstres marins à dessiner, des étripages à inventer... A vos crayons !

    IMG_20130827_175429.JPG

    MES ROBOTS EN PYJAMARAMA (Michaël Leblond & Frédérique Bertrand) - Rouergue jeunesse

    Le nouveau pyjamarama ! Utilisant toujours la technique de l'ombro-cinéma (une grille rayée déplacée lentement sur des dessins striés), c'est l'univers des robots qui est mis en avant dans cet ouvrage. Toujours plein d'images qui bougent donc ; la nouveauté consiste dans le fait que l'enfant pourra colorier, dessiner plein de superbes images ! Un livre d'activités bien original.

    IMG_20130827_175513.JPG

    DIS PAPA DIS MAMAN TU FAIS QUOI QUAND J'SUIS PAS LÀ ? (Camille Seydoux & Amélie Graux) - Sarbacane

    Voici une très bonne question à laquelle beaucoup d'enfants aimeraient avoir la réponse. Le quotidien heure par heure de Papa et Maman quand l'enfant passe une journée à l'école, voici ce que propose ce très bel album de Camille Seydoux et Amélie Graux.

    IMG_20130827_175620.JPG

    LE CROCOLION (Antonin Louchard) - Thierry Magnier

    Le Papa de Titi est super fort. Il connaît toutes les réponses que se posent le jeune lapin. Mais comment cela ! il ne connaît pas le Crocolion ? Un album à la chute très très drôle pour les plus jeunes. On retrouve une nouvelle fois avec plaisir l'humour décalé de Antonin Louchard.

  • Frangine (Marion Brunet) - chronique de Camille #02

    FRANGINE
    Marion BRUNET
    Sarbacane, 14€90

     

    frangine,marion brunet,sarbacane,camille marion,m'lire,roman ado,laval


    « Je ne suis pas le héros, mais je suis

    Le bavardage et la digression
    L'oreille et les mots pour essayer de dire ce qui est à entendre, ce qui est à l'envi :
    Les désenchantements et les éclats de bruit

    En ces temps peu lointains où Pauline découvrait

    Le monde
    Le cruel
    Le normal
    et la guerre,

    ma mère et ma mère, chacune pour soi mais ensemble, vivaient de leur côté des heures délicates.

    C'est à moi qu'il revient de conter nos quatre chemins. Parce que j'aime ça, d'abord, dérouler les histoires comme on crée un langage ; et aussi pour que les choses soient claires, évidemment.

    Comment comprendre, sinon ? »

     

    Pauline et Joachim sont deux adolescents qui vivent avec leurs mères et mènent une existence
    relativement tranquille. Joachim est amoureux de Blandine et entame sa terminale, tandis que
    Pauline va entrer au lycée. La particularité de leur famille n'a jamais été un problème, jusqu'à ce que
    la discrète Pauline soit victime de harcèlement et perde pied.

    Frangine est un roman qui colle de près à l'actualité, puisqu'il s'agit de l'histoire d'une famille
    homoparentale qui est confrontée à l'homophobie et à l'ignorance d'une partie de la population,
    du fait de sa différence. Le sujet est abordé de manière délicate et les questions inhérentes à cette
    situation peu connue sont traitées à travers le regard des deux adolescents. Le roman se construit
    sur la relation de Joachim, le narrateur, et Pauline, sa petite sœur. C'est l'histoire d'une évolution,
    de comment se construire lorsqu'on est confronté au regard des autres, jugés pour ce que l'on n'a
    pas choisi, pour une situation que l'on vit parfaitement bien mais qui reste anormale aux yeux d'un
    certain nombre de personnes.

    L'intérêt de ce récit est de présenter plusieurs points de vue : le lecteur suit principalement
    l'existence de Joachim, ses questionnements amoureux, ses inquiétudes concernant sa sœur mais
    également la vie quotidienne de Julie et Maline, les deux mamans, leurs histoires respectives, les
    relations avec leurs parents... L'homoparentalité est au centre du récit mais Pauline et Joachim n'en
    restent pas moins des adolescents qui essaient de se construire, de s'affirmer et de trouver leur place dans le monde comme tous les jeunes.

    Frangine est un très joli récit, porté par une écriture légère et poétique et traitant avec simplicité
    d'un sujet rarement abordé en littérature jeunesse, au gré du quotidien de la famille, des souvenirs
    et des questionnements de chaque personnage. C'est un roman optimiste qui pose la question de
    la différence, du choix de vivre sa vie comme on l'entend et le mieux possible. Joachim, Pauline,
    Maline et Julie sont quatre personnages extrêmement attachants, finalement extrêmement banals
    et qui aspirent à la même tranquillité que n'importe quelle famille dite « traditionnelle ».

  • Nos amis vous conseillent #15 - Richard P. vous parle de "Tu seras partout chez toi" de Insa Sané

     

    richard peirano,insa sané,sarbacane,tu seras partout chez toi,exprim',m'lire

    Dans le cadre du festival « des livres et moi » que nous avons organisé dans l’établissement, j’aimerais revenir sur la lecture de ce roman d’Insa Sané, Tu seras partout chez toi.

    Un très grand bouquin, un très grand conte, plus qu’un conte, un méta-conte, si l’oiseau existe.

    Tout commence par un village, et des enfants qui jouent aux Dieux et aux héros légendaires. Il y a là Dehiha-Aphrodite à la langue bien pendue, Adar-Ibis, celui qui siffle et chante tout le temps, Soundjata (le jeteur de son ?), l’empereur du Mali, dont le silence est une arme, il y a Sény autour de qui s’articule le roman, toujours en avance sur le lendemain, Ulysse amoureux de Yulia-Fusang-Alvilda, celle qui guide et qu’est vachement balaise.

    Quel est ce jeu ? Quelles en sont les règles, nul ne sait si ce n’est les enfants. Et à 9 ans, on n’a pas besoin d’expliquer un jeu ‘spas ! Mais le jeu auquel voudrait jouer les enfants c’est à la guerre. Et ça Maman et Papa ne le veulent pas. Pourtant ça à l’air vachement cool de jouer avec des armes dont on entend les crépitements au loin, de la place du village.

    Un jour Sény doit partir !

    Si tu dois t’en aller pour toujours, pars avant l’aube! Très tôt ! Ne te retourne pas. JAMAIS ! Tant pis pour les larmes, tant pis pour nous. Tu m’aimeras plus loin. Je t’aimerais ailleurs. On s’aimera toujours. Demain sera heureux. Promis ! Juré !

    Juré ! Craché !

    Ce village africain ! Pourquoi est-ce que je veux croire, moi lecteur, que c’est en Afrique ? Parce que l’auteur est d’origine sénégalaise ? Parce que son œuvre est d’abord une rencontre entre l’Afrique et les banlieues parisiennes ? Parce qu’il s’agit d’un village et qu’il n’y a de village qu’en Afrique ? Parce que les noms des enfants me font penser à des noms africains ? Parce que la photo de couverture montre un enfant noir ? Parce qu’il parle de cheveux bouclés ? Parce que c’est la guerre, et qu’il n’y a qu’en Afrique… ? Parce que l’actualité rejoins ma lecture avec cette guerre au Mali qui émerge dans les médias ?

    Pourtant jamais l’auteur ne parle d’Afrique ! Jamais ! Ce village, on peux le trouver dans n’importe quel coin de la planète. Il est universel ! Et ces enfants qui jouent, avec au loin, le bruit de ces étranges feux d’artifice, sont des enfants sans race et sans religion ! Ils n’ont pour bagage qu’une valise en carton bourrée des contes du monde.

    Et c’est là que ce roman devient extraordinaire. Il convoque tous les contes, évoque toutes les cultures. Je n’ai pas fait le compte, mais pèle mèle : le petit prince, andersen, grimm, un peu de Tolkien et aussi les mythologies : Ulysse et le serpent à plume, Thor et les djins et d’autres que je ne sais reconnaître car je n’ai pas la même culture que l’auteur et qui pourtant m’enchantent.

    Mais ce n’est pas tout, il y a aussi les contes modernes, pris ici et là dans des films comme le baron de Münchauen ou Gattaca ou dans des séries, entre Arnold et Willie, les monstro-plantes et Goldorak. On note également des chansons, du Brel alors que parfois l’auteur se rappelle être slammeur. Ce roman est un tissu de réminiscences dans lequel la seule réalité qui soit est celles des histoires que l’on invente et que l’on vit et être humain est une histoire à raconter.

    C’est un roman polyphonique et universaliste dans lequel le monde frappe aux oreilles de celui qui est partout chez lui.

    Sény va découvrir que chez lui, c’est là où sont ses amis et peu importe qu’ils soient ici ou ailleurs, car ce qui compte finalement c’est d’emporter un visage et de laisser son coeur.

  • La chose (Béatrice Fontanel et Alexandra Huard) - chronique de Emilie #15

    exe couv la chose.jpgLa chose

    Béatrice Fontanel (textes) & Alexandra Huard  (images)

    Sarbacane - 14,90€

     

    Parmi les nombreuses nouveautés déballées pour cette rentrée, voici un album qui a immédiatement retenu notre attention… Le titre d’abord « La chose », original et mystérieux à la fois, et puis bien sur la couverture, toute en couleur et en douceur…

     

    «  Mon cher Scipion, pourquoi n’avons-nous pas vu venir la catastrophe ?

    - Mais mon cher Hannibal, comment imaginer ce qui allait nous arriver ? Impossible ! »


    Cet album est un vrai régal, tant au niveau de texte que de l’illustration. L’arrivée de « la chose » va chambouler le quotidien d’un couple et de ses deux chiens. Un texte original puisque l’histoire est racontée par Hannibal et Scipion, les deux toutous hypocondriaques et grognons. Malgré tous les changements que subit leur maîtresse adorée, ils sont loin de se douter de ce qui les attendent… La chute est particulièrement succulente !

    « - Oui, on en a bavé pendant des années… ça on peut le dire. (silence) Mais ça va mieux maintenant, reconnaissez-le. »

     

    Un album très drôle et original sur la grossesse et la maternité, vues et vécues par deux chiens. Un texte court sublimé par des illustrations pleine page qui raviront les petits et les grands.

    illustration2_lachose.jpg

     page-de-garde-imp.jpg

    02_LaChose.jpg

    Toutes les images sont tirées du blog de l'illustratrice alexandra huard

  • Echecs et buts (Axl Cendres) - chronique de Florian #12

    Échecs et but ! de Axl Cendres (éd. Sarbacane coll. Exprim' - 13,50 €)

    échecs et buts, axl cendres, sarbacane, exprim', m'lire, librairie, florian trohel

    En voulant se protéger lors d'une partie de "cache-cache tabasse", (plus tabasse que cache-cache d'ailleurs : celui qui n'est pas caché s'en prend une !), le narrateur de l'histoire, un ado timide et discret, va découvrir tomber sur un groupe de personnes attablées et concentrées. Sur cette table prône un plateau en bois et deux personnes s'affrontent à un jeu qu'il ne connait pas encore, les échecs.

    Il apprend très vite et on lui reconnaît un véritable don pour cet exercice. Le jeune garçon devient le disciple du soporifique maître Martini qui lui inculque les bases et les techniques de jeux. Après quelques années d'entrainement, le professeur décide d'envoyer le jeune homme poursuivre son apprentissage avec le « sage » Paskarov. Pour cela, il doit déménager et il se retrouve à l'étage du Paradis, un bar de supporters de foot. Il découvre ainsi la passion et la ferveur de ces supporters prêts à tout pour encourager leur équipe fétiche. L'adolescent, habitué à la solitude, à réfléchir sur les tactiques d'échecs découvre un nouveau monde. Comment réagir face à ce groupe de fervents supporters quelques peu bruyants, mais très attachés à leur équipe et à leur bar ? Comment faire pour être accepté parmi cette grande famille ? Devenir supporter comme eux, et pourquoi pas ?

    Axl Cendres, qu'on avait découverte et beaucoup appréciée avec Aimez moi maintenant et Nos années folles (même éditeur et même collection) signe ici un troisième roman original. Peut-être moins percutant que ses deux premiers textes, l'idée générale reste très intéressante et surtout son écriture est toujours présente. Seule la fin est peut-être un peu décevante.